Compléments alimentaires: tout ce que vous devez savoir

La définition du complément alimentaire, en fait elle est parfaitement réglementée depuis le décret officiel qui date de mars 2006. Un complément alimentaire, à la base c’est une denrée alimentaire qui va complémenter un régime normal. Ça comprend tout un ensemble de nutriment, donc souvent des vitamines, des oligoéléments, ça peut être également des protéines ou des fibres. Ça peut également être des plantes. Et ça complète une alimentation qu’on essaie d’avoir la plus équilibrée possible. Ça se présente sous forme de comprimés, sous forme de granules, sous forme de solution buvable, ou sous forme de sachets.

Sommes-nous sujets à des carences nutritionnelles ?

Des carences, à part dans des cas extrêmes et précis, il n’y en a pas. Il peut y en avoir dans certaines populations, en particulier si on prend l’exemple de la vitamine D chez les tout petits enfants qui ne s’exposent pas au soleil, ou chez les personnes qui ne s’exposent jamais et qui ont des habits qui les couvrent complètement, dans ce cas là on peut avoir une véritable carence en vitamine D qui nécessite dans ce cas là non pas un complément alimentaire mais un traitement médicamenteux. Or, un complément alimentaire n’est pas un médicament. Le complément alimentaire s’adresse plutôt à un déficit transitoire. À une alimentation qui n’est finalement pas si équilibrée que ça. Et il y a une étude credoc intéressante qui montrait que sur un panel représentatif, 72 % des français pensaient manger équilibré et quand on faisait une véritable de leurs habitudes alimentaires, seulement 30 % répondaient aux apports nutritionnels conseillés.

Quelles précautions faut-il prendre ?

Il y a des précautions à prendre, absolument, quand on prend des compléments alimentaires. La première c’est de respecter ce qui est marqué sur l’étiquette. Et il y a un dosage : un comprimé, deux comprimés, un sachet par jour, par exemple. Il faut absolument respecter ça sinon on monte au dessus des doses qu’il faut respecter. Jouer avec les compléments, par exemple, prendre un complément minceur plus un complément spécial cheveux, plus un complément autre, on risque de dépasser les doses et de prendre des risques avec sa santé.

Y a t-il des périodes de la vie qui nécessitent une supplémentation ?

Alors il y a des périodes particulières où on va avoir des déficits, notamment les personnes qui font des régimes à répétition. Donc ils réduisent leurs apports alimentaires dans un but d’amaigrissement et qui là ont véritablement du mal à avoir suffisamment de vitamines, ou d’oligoéléments. En général, les protéines sont plus touchées, les graisses on cherche à les réduire donc ça on ne va pas leur donner, mais on va avoir besoin d’une supplémentation vitamines ou oligoéléments. Il y a également des périodes de préparation d’examens où on peut avoir besoin de supplémentation sur les vitamines B ou sur les acides aminés. Il y a des périodes de fatigue, ou de surmenage, et on peut trouver des compléments alimentaires qui s’adressent à ce genre d’état passager. Et puis il y a des périodes aussi où on a des besoins supplémentaires. C’est le cas par exemple de la grossesse où on va avoir besoin de plus de fer et de plus d’acides foliques sans pour autant passer dans un besoin de médicaments. Et là il y a des suppléments parfaitement adaptés à ces périodes de ma vie. Dans le cas de la ménopause, là on a besoin de plus de calcium, on passe 800 mg de calcium à 1 200 mg de calcium et parfois les apports en produits laitiers sont insuffisants. Dans ce cas là on peut également penser aux compléments alimentaires. Et pour tout ce qui est bien entendu perte de poids, là vous pouvez trouver pléthores de compléments alimentaires que ce soient des draineurs, des brûleurs de graisses, et d’ailleurs il est important de pouvoir faire le tri dans tous ces compléments en ce qui concerne les envies de minceur.

Les aide-minceurs sont-ils efficaces ?

En ce qui concerne les compléments minceur déjà il a une certaine sécurité qui est due justement à ce décret du journal officiel où tout et n’importe quoi ne peut pas être mis sur le marché. Les compléments qui sont en pharmacie ou en para-pharmacies aujourd’hui en France répondent à une réglementation très stricte et ne dépassent pas les apports nutritionnels conseillés. Maintenant, sur leur efficacité, il n’a pas été forcément fait d’études. Parce que les études scientifiques coûtent très cher, donc il y a des produits qui ont des vertus très anciennes et que l’on utilise dans ces compléments alimentaires. Par exemple, certaines plantes. On utilise des plantes dans un but de drainage, anti-rétention d’eau, dans le langage commun. C’est le cas par exemple du fenouil, de l’artichaut, ou du pissenlit ; on a pas fait d’études sur ces plantes, mais on sait que elle amélioraient le côté rétention d’eau. Donc on les retrouve dans ces compléments alimentaires.

Est-il intéressant de prendre des compléments alimentaires solaires ?

Les compléments alimentaires solaires sont destinés à favoriser un bronzage de meilleure qualité, et à faire perdurer ce bronzage après l’exposition solaire. En aucun cas ils ne prennent la place de la crème solaire. Ils vont préparer la peau, en particuliers le beta carotene qui va permettre d’avoir une réponse beaucoup plus adaptée des mélanocytes ; c’est à dire des cellules qui fabriquent la mélanine aux premiers rayons du soleil. On va peut être moins brûler mais on brûlera quand même si on ne met pas de crème solaire. Donc compléments solaires, oui, mais accompagnés de crème solaire lors de l’exposition.

Leave a reply